SAF ?

SAF ?

SAF ?

Comment fabrique-t'on le savon ?

D'un point de vue chimique, il s'agit de la réaction d'un CORPS GRAS (huiles, beurres) avec une base forte : SOUDE pour obtenir un savon dur, potasse pour un savon liquide, en présence d'EAU.
 
Cette réaction, lente mais totale (la base utilisée est entièrement consommée) est appelée SAPONIFICATION A FROID (SAF).
Elle produit un mélange de sels d'acides gras qui constituent le SAVON en question.
Un sous-produit de cette transformation est le glycérol, ou GLYCERINE, substance hydratante très utilisée en cosmétique dans les crèmes et les shampooings.
 
Il y a là plusieurs méthodes. On peut distinguer les savons industriels, semi-industriels et artisanaux.

LE SAVON INDUSTRIEL "Méthode dite Marseille"

Il est la plupart du temps fabriqué à partir d'huile de palme ou de suif (graisse de bœuf, sodium tallowate sur les étiquettes). Dans les gels-douches et shampooings, vous retrouverez en grande partie des huiles minérales. D'autres savons sont composés d'huiles végétales telles que l'olive, la noix de coco, huiles stables à haute température.

Le savon industriel est fabriqué à chaud (une centaine de degrés) pendant plusieurs jours, d'où la résistance nécessaire des huiles engagées (Olive et Palme).
Soit le procédé est dit en continu : le savon formé pendant la saponification est séparé de l'huile résiduelle (celle-ci est remise en réaction immédiatement).
Soit le procédé est dit en discontinu, et la réaction se termine lorsque toute l'huile est transformée en savon.
Dans les deux cas ce savon est rinçé à l'eau salée pour ôter l'excès de soude utilisé pour la saponification. La glycérine produite est alors entraînée dans les eaux de lavage.
La pâte à savon est ensuite séchée, râpée en petites particules appelées bondillons de savon, ou vendu en savons type "Marseille".
Ces savons sont bien durs et très peu cher vu les prix peu élevé des matières premières.
 
Qu'il soit de bonne qualité ou non, ce savon débarrassé de sa glycérine a perdu ses caractéristiques anti-déshydratantes.
Qui n'a jamais dit que "le savon tire la peau" ?
Les bondillons de savon sont prêts à l'emploi pour être aromatisés, colorés, « enrichis »... Cette étape est déterminante pour la composition du savon, car selon que les additifs soient naturels ou non, il en résultera un savon biodégradable dans la nature... ou non !

 

LES SAVONS SEMI-INDUSTRIELS (souvent appelés artisanaux)

Ils sont fabriqués de façon artisanale, certes, mais seule la dernière étape de la fabrication, qui consiste à enrichir une pâte industrielle, est artisanale. Ceux sont les savons que vous trouvez sur les marchés, ils sont tous identiques mais avec une couleur et un parfum différent qui souvent est gravé sur le savon.
 
Les bondillons de savons sont malaxés avec des additifs (naturels ou non) dans une malaxeuse-extrudeuse de laquelle sort un boudin de savon qui est ensuite coupé et moulé.
Cette technique a ses limites dans le sens où le savonnier ne choisit pas la composition de base du savon, il ne peut que faire varier la petite quantité d'additifs permise en fin de fabrication. 
 
On peut donc trouver de très bons savons enrichis en huiles végétales, parfumés aux huiles essentielles, voire enrichis en glycérine. Mais jamais ces savons ne contiennent l'équivalent de la totalité de la glycérine formée lors de la saponification (8% du savon sec). En effet, la glycérine ferait coller la pâte de savon dans l'extrudeuse et ne permettrait pas le formage du savon.
Et c'est cette quantité de glycérine qui fait une des grandes différences entre des savons de base industrielle et les savons totalement artisanaux !

LES SAVONS ARTISANAUX PAR SAPONIFICATION A FROID

Cette méthode de fabrication de savons artisanaux est dite méthode à froid ou par empâtage. Elle s'effectue à basse température, entre 25 et 40°C, permettant ainsi de garder intactes les propriétés des huiles végétales utilisées.
 
Une grande diversité dans la composition des savons s'offre alors au savonnier, en variant à l'infini les proportions en huiles végétales de base du savon, ajustant chacune d'elles suivant leurs propriétés spécifiques (dureté, caractère émollient, pouvoir moussant...). Ansi que sur les additifs qui lui donneront sa couleur et son odeur.

Je vous explique pas à pas la fabrication d'un savon.
 
Tout d'abord et ce qui est primordial : une pesée minutieuse des ingrédients, un dosage précis de la soude en particulier, pour ne pas obtenir un savon corrosif !  
 
Puis la dissolution de la soude dans l'eau.
Attention cette réaction est exothermique : elle produit de la chaleur.  
 
Ensuite le chauffage des huiles solides (coco, karité), puis addition des huiles liquides (olive).   
   
Pendant l'addition de la solution de soude sur les huiles, on mélange au mixeur pour une réaction plus rapide. Au bout de quelques minutes on obtient ce que l'on appelle « la trace » : le mélange s'épaissit, la saponification est bien avancée.
  
On peut alors additionner les ingrédients les plus fragiles : huiles précieuses, huiles essentielles, et les autres additifs tels que miel, les argiles ...  
     
Puis la pâte encore fluide est versée dans un moule en bois qui conserve la chaleur.  Une incubation pendant 24 heures est nécessaire pour l'avancement de la réaction de saponification.   
    
Le bloc de savon est ensuite démoulé, mis à sécher pendant quelques jours, puis coupé en savons.
    
Les savons sèchent à l'air libre pendant encore 4 semaines.  
 
La saponification est terminée, le savon est sec, prêt à l'emploi : 5 semaines environ après sa fabrication.
 
  
Comme vous pouvez le voir, tout ce qui est introduit dans la pâte se retrouve dans le savon. D'où l'importance de la qualité des matières premières !
C'est pourquoi j'apporte un grand soin à la qualité de celles-ci, et des huiles végétales en particulier car elles composent l'essentiel du savon.

 

Texte extrait du site "En Douce heure"